Comment ne pas exprimer mes sentiments les plus profonds, les plus intimes sur une terre qui m’a donné tant de bonheur, de joie, de reconnaissance, contrairement à mon pays natal qui eut à mon égard, et jusqu'à ce jour, qu’indifférence et ingratitude.

 

Bien des personnes porteront un jugement négatif à mon égard en raison de mes propos, allant jusqu'à me traiter de traître à mon pays, comme ce fut le cas à propos de la vidéo que je mis en ligne après le match de foot France-Irlande qui donna une victoire imméritée à la France. Mais que celles-ci questionnent leur conscience afin de pouvoir prouver la contribution qu’elles auront apportée au patrimoine de la France au cours de  leur vie. Aussi, avant toute critique de leur part, je les invite à prendre connaissance de mon parcours qui se trouve sur le site suivant :

 

http://harrisjack.wix.com/jack-harris--17/accueil-1

 

il vous suffira de cliquer sur ce lien ci-dessus, et qui se trouve également en haut et à gauche de la page "Contact".

 

Ce n’est que dans l’éventualité où leur bilan serait plus convaincant que le mien que j’accepterais volontiers une critique de leur part car, au cours de ma vie, j’ai tant donné pour servir ma patrie sans jamais rien demander sinon une simple reconnaissance morale. Contrairement à quantité d’autres artistes qui ont sollicité des subventions, j’ai eu assez de dignité pour m’en abstenir ce qui m’a amené à subir bien des privations, bien des sacrifices, pour arriver à enrichir le patrimoine national par de très nombreuses œuvres littéraires et musicales.

 

Je n’éprouve aucun regret pour mon perpétuel dévouement, mais je ressens une grande amertume à l’égard d’un système basé sur les relations politiques et financières qui portent aux nues des soi-disant "artistes" et méprisent dans le même temps des personnes pourvues d’un grand talent qui resteront dans l’ombre toute leur vie. Le snobisme, ce grand fossoyeur des arts, sied si bien aux élites, et cela est particulièrement frappant dans l’art pictural.

 

J’ai découvert la verte Érin lors d’un voyage automnal effectué en octobre 2009 ce qui fut pour moi une véritable rédemption. Alors que je n’écrivais pratiquement plus depuis deux ans tant je me sentais déprimé par la dégradation de mon pays, l’Ireland fut une source régénératrice qui me permit de retrouver une certaine forme d’équilibre.

 

Aujourd’hui, quoique mes moyens financiers soient très limités, je m’efforcerai de tout mettre en œuvre pour revenir en ces lieux, qui sont si chers à mon cœur.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Prologue

Les prémices du voyage

 

Après de moults renseignements sur Internet, c'est le 23 Juin 2009  que ma fille Audrey-Parme a retenu auprès de la S.N.C.F., un voyage en terre d'Irlande pour une durée  comprise à partir du  9 jusqu'au 16 octobre 2009.

 

A compter de cet instant, tous deux nous fûmes pris d'une impatience bien compréhensible car nous éprouvions la crainte qu'un empêchement de dernière minute vienne entraver notre projet. Par bonheur rien de fâcheux ne se produisit.

Textes et photos © by Jack Harris